top of page
Love And Sex With Robots

The CONFERENCE

Image by Vackground

HISTORY - Dr. David Levy

Love and Sex with Robots began to attract serious interest as an academic subject in 1983, when Dr. Neil Frude remarked in his book, The Intimate Machine, that:​“Computer technology offers new possibilities in sexual stimulation, and since pornography merchants have never been slow to exploit new techniques for their industry, we can anticipate that the new potential will be thoroughly explored.”

The year following Dr. Frude's publication saw the birth of another ground-breaking book – The Second Self, by Dr. Sherry Turkle, a professor at MIT.  Her research for that book was an investigation into the likely future effects of computers on society, on which she wrote:“We search for a link between who we are and what we have made, between who we are and what we might create, between who we are and what, through our intimacy with our own creations, we might become.”

In the book, Turkle quoted an MIT student, of whom she had asked how he felt about his computer. When I first read it, in 2003, that student’s reply hit me like a thunderbolt. He said that he had “tried having girlfriends but I prefer my relationship with my computer”. This quirky answer, dating as it did from the early 1980s, caused me to wonder to what extent such feelings existed two decades later, when computers were far more widespread than they had been in the early 80s. Had feelings of affection for computers become just as commonplace? Thus I was drawn to this challenging topic – intimate and loving relationships with robots.

My interest in this topic developed into a book, for which Love and Sex with Robots seemed like an ideal title. While I was in the process of researching and writing the book I discovered that a symposium on a new academic subject – Roboethics – had taken place in San Remo, Italy, in January 2004, and I was invited by those who had organized that symposium to speak at a follow-up conference – the EURON Roboethics “Atelier”, in Genoa, in February 2006.  There I gave three talks, all based on my research material which had yet to be published. And the following year I presented at the ICRA Workshop on Roboethics in Rome, which formed part of the IEEE-RAS International Conference on Robotics and Automation. By virtue of the IEEE hosting the Roboethics workshop and its constituent parts, our subject had truly arrived as an accepted discipline on the academic scene.

As my book Love and Sex with Robots neared completion, I was invited by the University of Maastricht to submit an academic version of my research as a PhD thesis, with the slightly more conservative title “Intimate Relationships with Artificial Partners”. On the day of my thesis defence there was a flurry of interest from the Dutch media, such a strong flurry that the university was happy to organize a conference the following year devoted entirely to the subject. As a result, for three years (2008, 2009 and 2010) the Netherlands played host to the International Conference on Human-Robot Personal Relationships, the proceedings of which were published by Springer. The kudos of having Springer publish those proceedings further enhanced the credentials of our subject as an academic discipline.

In 2011, I was contacted by Professor Adrian Cheok at the National University of Singapore, who invited me to act as external examiner for one of his PhD students, Hooman Samani, whose thesis, I felt, made a significant contribution to our nascent field. Partly because of Adrian’s own interest and research work in the field, we became good friends, we flew together to sightsee the Himalayas, including the top of Mount Everest, and in 2014, Adrian suggested that we start a new academic conference: The International Congress on Love and Sex with Robots.

Adrian’s suggestion came at the conclusion of a workshop, with that title, which took place at Goldsmiths University and was organized as part of the 50th anniversary celebrations of AISB – the UK’s leading artificial intelligence organization. The workshop was a success in terms of the number of attendees (around 40), and because it provided further endorsement by academia of Love and Sex with Robots as an appropriate academic research discipline. The first conference in this new series took place soon afterwards in Funchal, on the beautiful island of Madeira and organized by the University of Madeira.

 

For the following year, 2015, Adrian and I planned to hold the conference in Iskandar, at the southern tip of Malaysia where Adrian had been appointed Director of the Imagineering Institute, a newly created research establishment funded by the Malaysian government’s sovereign wealth fund. But about two weeks before the conference was due to begin, disaster struck. The Malaysian Minister for Tourism suddenly discovered that the conference was scheduled to take place in his country and immediately took against the idea on the grounds that it offended against Malaysian culture. The Kuala Lumpur Chief of Police, Tan Sri Khalid Abu Bakar, called a press conference where he described the event as “ridiculous”, adding that there is “nothing scientific about having sex with machines. It is not our culture. We can take action against the organizer if they choose to hold the event”. One of the journalists present at the press conference asked on what grounds Adrian and I could be arrested and charged if we went ahead with the event, and was told “Don’t worry. We will think of something.” Not wishing to offend Malaysia, and wishing even less to taste the food in a Malaysian jail, Adrian and I had no alternative but to postpone the second International Conference on Love and Sex with Robots to the following year.

Goldsmiths University in London proved an ideal venue for the second conference, and added yet further academic credentials to the series when the event took place in December 2016. All local arrangements were made by Dr. Kate Devlin, who subsequently authored the book Turned On: Science Sex and Robots.

The second conference was such a success that we initially decided to return to Goldsmiths for the third, in December 2017, but in the run-up to the event some credible intelligence reached the special branch of the police in Malaysia which caused us to change the venue for security reasons. Adrian is half-Greek, and was able at short notice to make suitable arrangements for the use of a hall and excellent catering facilities at the Greek Orthodox Church in Golders Green, north-west London. An innovation at the third conference was the inauguration of a “best paper” award in my name, which was presented to a Belgian PhD student.

The fourth conference had been due to take place in 2018 in Montana, but had to be postponed.  Fortunately a PhD Student so enjoyed the third conference that he very kindly offered to take on the organization of the postponed fourth in the series, which duly took place in Brussels at the beginning of July 2019. It was a brilliantly organized event, very much enjoyed by all who attended, and in my opinion the best in the series so far.

For the fifth in the series, we were in the process of discussing when and where it should be held, when the decisions were taken out of our hands by COVID-19. It was a case of “all hands on deck” to find a viable alternative, and in common with most other international conferences, we resolved to make that year’s event a virtual conference. Thanks to the efforts of Bobbi Bidochka, CEO of Imagine Ideation, and Dr. Simon Dubé, we successfully delivered the conference on Zoom from Montreal, and so we repeated the format last year and for this year's event.

 

So, the International Congress on Love and Sex with Robots is alive and well. The change to a virtual event has attracted significantly more registrations than we achieved in previous years.

 

Once again this year, there is the possibility of sharing science and research conducted all around the globe via asynchronous poster presentations, brief communications, and data blitzes.

 

Building on our successes of the past two years, the organizing committee is, more than ever, committed to delivering a world class virtual event, with the aim of continuously improving the quality of the LSR conference and organization.

Click here for Past Proceedings

 

THE COMMITTEE
 L
e Comité

Simon Dubé

Dr. Simon Dubé

Kinsey Institute
Dr. David Levy

Dr. David Levy

Founder and author of 
Love & Sex with Robots
BOBBI Bidochka.jpg

Bobbi Bidochka, MA

Founder, imagine ideation
ejaworski-bw.png

Emily Jaworski, MA

Graduate Institute of
Futures Studies
Gibson_headshot (1).png

Dr. Rebecca Gibson

Virginia Commonwealth University
Image by Vackground

HISTORIE - Dr. David Levy

Love and Sex with Robots (L'amour et le Sexe avec les Robots) ont commencé à susciter un intérêt sérieux en tant que sujet académique en 1983, lorsque le Dr Neil Frude a souligné dans son livre, The Intimate Machine, que:"La technologie informatique offre de nouvelles possibilités de stimulation sexuelle, et comme les marchands de pornographie n'ont jamais tardé à exploiter de nouvelles techniques pour leur industrie, nous pouvons anticiper que le nouveau potentiel sera pleinement exploré."

 

L'année suivante, après la publication du Dr Frude, a vu la naissance d'un autre livre révolutionnaire - The Second Self, du Dr Sherry Turkle, professeure au MIT. Sa recherche pour ce livre était une enquête sur les effets futurs probables des ordinateurs sur la société, sur laquelle elle écrivit:"Nous cherchons un lien entre qui nous sommes et ce que nous avons créé, entre qui nous sommes et ce que nous pourrions créer, entre qui nous sommes et ce que, grâce à notre intimité avec nos propres créations, nous pourrions devenir."

Dans le livre, Turkle cita un étudiant du MIT à qui elle avait demandé comment il se sentait par rapport à son ordinateur. Lorsque je l'ai lu pour la première fois, en 2003, la réponse de cet étudiant m'a frappé comme un coup de tonnerre. Il a dit qu'il avait "essayé d'avoir des petites amies, mais je préfère ma relation avec mon ordinateur". Cette réponse excentrique, datant du début des années 1980, m'a fait me demander dans quelle mesure de tels sentiments existaient deux décennies plus tard, alors que les ordinateurs étaient beaucoup plus répandus qu'ils ne l'étaient au début des années 80. Les sentiments d'affection pour les ordinateurs étaient-ils devenus tout aussi courants ? Ainsi, j'ai été attiré par ce sujet stimulant - les relations intimes et amoureuses avec les robots.

 

Mon intérêt pour ce sujet s'est transformé en un livre, pour lequel Love and Sex with Robots semblait être un titre idéal. Pendant que je menais des recherches et rédigeais le livre, j'ai découvert qu'un symposium sur un nouveau sujet académique - la Roboéthique - avait eu lieu à San Remo, en Italie, en janvier 2004. J'ai été invité par les organisateurs de ce symposium à intervenir lors d'une conférence de suivi - l'"Atelier" Roboéthique de l'EURON, à Gênes, en février 2006. Là-bas, j'ai donné trois conférences, toutes basées sur mon matériel de recherche qui n'avait pas encore été publié. L'année suivante, j'ai présenté lors de ICRA Workshop on Robotics (Atelier Roboéthique) à Rome, qui faisait partie de la Conférence internationale de la IEEE-RAS sur la robotique et l'automatisation. Grâce à l'hébergement par l'IEEE de l'atelier Roboéthique et de ses parties constituantes, notre sujet était véritablement devenu une discipline académique acceptée.

 

À mesure que mon livre "Love and Sex with Robots" approchait de la fin, l'Université de Maastricht m'a invité à soumettre une version académique de mes recherches en tant que thèse de doctorat, avec le titre légèrement plus conservateur "Relations intimes avec des partenaires artificiels". Le jour de ma soutenance de thèse, il y a eu un grand intérêt des médias néerlandais, un tel intérêt que l'université a été heureuse d'organiser une conférence l'année suivante entièrement consacrée au sujet. En conséquence, pendant trois ans (2008, 2009 et 2010), les Pays-Bas ont accueilli la Conférence internationale sur les relations personnelles entre l'homme et le robot, dont les actes ont été publiés par Springer. La renommée d'avoir Springer publier ces actes a encore renforcé la crédibilité de notre sujet en tant que discipline académique.

 

En 2011, le professeur Adrian Cheok de l'Université nationale de Singapour m'a contacté et m'a invité à agir en tant qu'examinateur externe pour l'une de ses doctorantes, Hooman Samani, dont la thèse, selon moi, a apporté une contribution significative à notre domaine naissant. En partie en raison de l'intérêt et des travaux de recherche d'Adrian dans le domaine, nous sommes devenus de bons amis, nous avons voyagé ensemble pour admirer l'Himalaya, y compris le sommet de l'Everest, et en 2014, Adrian a suggéré que nous commencions une nouvelle conférence académique : The International Congress on Love and Sex with Robots (le Congrès International sur l'Amour et le Sexe avec les Robots).

La suggestion d'Adrian est intervenue à la conclusion d'un atelier portant ce titre, qui s'est tenu à l'Université Goldsmiths et a été organisé dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de l'AISB - la principale organisation britannique d'intelligence artificielle. L'atelier a été un succès en termes de nombre de participants (environ 40), et il a apporté un soutien supplémentaire de la part du milieu universitaire en tant que discipline de recherche académique appropriée. La première conférence de cette nouvelle série a eu lieu peu de temps après à Funchal, sur la belle île de Madère et a été organisée par l'Université de Madère.

 

Pour l'année suivante, en 2015, Adrian et moi avions prévu d'organiser la conférence à Iskandar, à l'extrémité sud de la Malaisie où Adrian avait été nommé directeur de l'Imagineering Institute, un établissement de recherche nouvellement créé financé par le fonds souverain du gouvernement malaisien. Cependant, environ deux semaines avant le début de la conférence, la catastrophe a frappé. Le ministre malaisien du Tourisme a soudainement découvert que la conférence était prévue dans son pays et a immédiatement rejeté l'idée au motif qu'elle allait à l'encontre de la culture malaisienne. Le chef de la police de Kuala Lumpur, Tan Sri Khalid Abu Bakar, a tenu une conférence de presse où il a qualifié l'événement de "ridicule", ajoutant qu'il n'y a "rien de scientifique à avoir des relations sexuelles avec des machines. Ce n'est pas notre culture. Nous pouvons prendre des mesures contre l'organisateur s'ils choisissent de maintenir l'événement". Un des journalistes présents à la conférence de presse a demandé sur quels motifs Adrian et moi pourrions être arrêtés et inculpés si nous maintenions l'événement, et on lui a répondu "Ne vous inquiétez pas. Nous trouverons quelque chose." Ne voulant pas offenser la Malaisie, et encore moins goûter à la nourriture d'une prison malaisienne, Adrian et moi n'avions d'autre choix que de reporter la deuxième Conférence internationale sur l'amour et le sexe avec les robots à l'année suivante.

 

L'Université Goldsmiths à Londres s'est avérée être un lieu idéal pour la deuxième conférence, ajoutant encore plus de crédibilité académique à la série lorsque l'événement a eu lieu en décembre 2016. Toutes les dispositions locales ont été prises par le Dr Kate Devlin, qui a ensuite rédigé le livre Turned On: Science Sex and Robots.

La deuxième conférence a été un tel succès que nous avions initialement décidé de revenir à Goldsmiths pour la troisième, en décembre 2017, mais dans les semaines précédant l'événement, des informations crédibles sont parvenues à la branche spéciale de la police en Malaisie, ce qui nous a poussés à changer le lieu pour des raisons de sécurité. Adrian est à moitié grec et a pu organiser en peu de temps l'utilisation d'une salle et d'excellentes installations de restauration à la Greek Orthodox Church de Golders Green, dans le nord-ouest de Londres. Une innovation lors de la troisième conférence a été l'inauguration d'un prix du "meilleur article" à mon nom, remis à un doctorant belge.

 

La quatrième conférence était censée avoir lieu en 2018 au Montana, mais elle a dû être reportée. Heureusement, un doctorant a tellement apprécié la troisième conférence qu'il a très gentiment offert de prendre en charge l'organisation de la quatrième reportée de la série, qui a eu lieu à Bruxelles début juillet 2019. C'était un événement brillamment organisé, très apprécié par tous les participants, et à mon avis, le meilleur de la série jusqu'à présent.

 

Pour la cinquième de la série, nous étions en train de discuter de quand et où elle devait avoir lieu, lorsque les décisions ont été prises hors de nos mains en raison de la COVID-19. Il a fallu mobiliser toutes les ressources disponibles pour trouver une alternative viable, et comme la plupart des autres conférences internationales, nous avons décidé de faire de l'événement de cette année une conférence virtuelle. Grâce aux efforts de Bobbi Bidochka, PDG de Imagine Ideation, et du Dr Simon Dubé, nous avons réussi à organiser la conférence sur Zoom depuis Montréal. Nous avons répété ce format l'année dernière et pour l'événement de cette année.

 

Ainsi, le Congrès international sur l'amour et le sexe avec les robots est bel et bien vivant. Le passage à un événement virtuel a attiré considérablement plus d'inscriptions que celles obtenues les années précédentes.

Encore une fois cette année, il est possible de partager des recherches scientifiques menées partout dans le monde via des présentations de posters asynchrones, des communications brèves et des blitz de données.

S'appuyant sur nos succès des deux dernières années, le comité d'organisation est, plus que jamais, engagé à offrir un événement virtuel de classe mondiale, dans le but d'améliorer continuellement la qualité de la conférence LSR et de son organisation.

 

Cliquez ici pour consulter les actes antérieurs.

Image by Efe Kurnaz

Visit our Youtube Channel for
Presentation Highlights

bottom of page